LETTRE A LIMOGES

LETTRE  A LIMOGES

Ce mercredi 5 février, après 15 jours passés chez vous, j’ai quitté Limoges. 

Je repars pour 8 mois de périple à travers la France pour défendre les droits des animaux, après déjà 4 mois passés sur les routes.

Lorsque je vous dit que j’ai tant aimé votre ville, vous me regardez interloqués, tentant d’en percevoir l’ironie. Mais non, chers habitants de Limoges. Vous avez été de très loin la ville où j’ai préféré résider. J’ai rencontré des gens francs et accueillants, érudits et pragmatiques, simples et plein de bons sens, avec du caractère.  

Parce qu’une partie de sa culture et de son économie est basée sur la vache limousine, votre ville est un laboratoire de la cause animale. Elle est en effet le petit terrain d’expression que doivent se partager militants vegans et éleveurs de vaches, pendant que vous, habitant.e.s du territoire, comptez les points. 

Vous qui avez tous dans votre histoire ou relations un lien étroit avec l’élevage, êtes en première ligne du débat contradictoire sur la consommation de chair animale. Changement climatique, santé publique, vidéos chocs sur les abattoirs, menu végétarien à la cantine…Les positions se durcissent.

Mais au delà de la consommation – ou non –  d’animaux, ma visite sur vos terres a permis de faire émerger un autre enjeu. Celui du débat démocratique. La question du droit des animaux mérite de pouvoir être débattu dans votre cité, plus que partout ailleurs. 

Parce que chez vous, le clivage entre urbain et ruraux n’existe pas, vous avez une responsabilité dans ce débat : dépasser les stéréotypes vegan-éleveur pour vous forger et alimenter le débat par une réflexion plus poussée et construite sur la question du droit des animaux. 

Saviez-vous que Limoges est le berceau du droit animalier en France ?

Saviez vous aussi que la Nouvelle Aquitaine est la « 1ère région engagée pour le bien-être animal » en France ?

Alors…

👉Saurez-vous vous emparer de la question animale pour en faire un atout de votre territoire ? 

👉Serez-vous capable de répondre de manière exemplaire aux attentes sociétales en matière de transparence sur les conditions d’élevage, de transport et d’abattage ? 

👉Serez-vous capables de dépasser les représentations caricaturales des militants des droits des animaux pour les intégrer à votre réflexion ?

La suite vous appartient, 


Merci à tous ceux qui m’ont offert leur temps à Limoges :

  • Jean-Pierre Marguenaud, grand monsieur du droit animalier.
  • Mauricio Garcia Pereira, le lanceur d’alerte de L214.
  • Les députés Marie Ange Magne et Pierre Venteau.
  • La Sénatrice Pérol-Dumont.
  • Les listes Vivons Limoges et Limoges Ecologie.
  • L’entreprise Poulehouse, l’oeuf qui ne tue pas la poule.
  • Christophe Gâtineau et ses jardins vivants.
  • Guillaume Betton, administrateur du futur abattoir de Bourganeuf.

Et surtout, merci aux militants des droits des animaux qui m’ont si bien accueillie et qui oeuvrent chaque jour et sans concession pour les animaux. Quelle que soit leur manière d’opérer, ces citoyen.ne.s offrent leur temps et leur énergie pour défendre des intérêts qui ne sont pas les leurs. Et de nos jours, ce seul fait est admirable.